lundi 4 janvier 2010

P. le perdant

Quoi de plus beau que la jeunesse, époque bénie ou le jeu prend le pas sur la réalité. Le cerveau du jeune construit ainsi ses connexion synaptiques en fonction des épreuves rencontrées et les surmonte afin de devenir adulte. Gagner lui donne de l'assurance mais perdre lui apprend l'humilité et le prépare aussi à la dureté de la vie.
Un jeune qui ne sait pas admettre sa défaite a toutes les chance de devenir un gros con.

Libellés : , , , , , , , , ,